Blablacar du colis

Transport-de-colis-entre-particuliers

Les défis du crowdshipping

Livraison collaborative, crowdshipping, crowdshopping, vous en avez déjà entendu parler ?

Apparue il y a maintenant quelques années, la livraison collaborative ou littéralement « livraison par la foule » fait de plus en plus d’adeptes. En fait, il s’agit d’une pratique bien répandue et bien plus ancienne ; qui n’a jamais demandé à un proche de lui ramener quelque chose d’un autre pays ? Face à cette demande, de nombreux sites ont vu le jour comme PiggyBee.

Blablacar colis

Alternative aux solutions traditionnelles comme « La Poste » ou « Fedex », elle permet d’envoyer un colis à moindre frais en passant par un voyageur. Le principe est simple : vous postez votre demande de colis, des correspondances avec des voyageurs vont apparaitre sur le site, vous n’avez plus qu’à entrer en contact avec eux. Discutez des détails et du pourboire, et recevez votre colis.

L’envoi d’un colis traditionnel à l’international coûte en moyenne 80$ via le leader, UPS. Grâce à PiggyBee, l’envoie se situe entre 10 et 20$. L’inscription sur le site est de plus gratuite. C’est donc une façon économique d’envoyer son colis.

Mais quels sont ses défis aujourd’hui ?

Tout d’abord, de nombreux sites proposent ce type de livraison, il est parfois difficile de trouver un site qui corresponde bien à sa demande. Certains sites seront spécialisés pour des envois intramuros comme « You2You », tandis que d’autres pour des envois nationaux comme « Cocolis » et puis d’autres internationaux comme « PiggyBee ».

Les plateformes collaboratives représentent une nouvelle économie, comme on a pu le voir avec AirBnb, Blablacar, et les différents sites de couchsurfing (dormir sur le canapé chez l’habitant). En effet, elles comportent de nombreux avantages et représentent une nouvelle chaîne de valeur avec une organisation du travail nouvelle. Il s’agit de services rendus entre particuliers. Dans le crowdshipping, le voyageur profite d’un espace libre dans ses bagages pour rapporter un objet ; il rentabilise son voyage et fait de nouvelles rencontres. Pour le destinataire, le crowdshipping permet d’adapter la demande sur mesure contrairement à un service classique, où les colis et les prix sont fixes. Enfin, n’importe quel objet non commercialisé sur un site peut être rapporté, un effet personnel oublié quelque part, un mets qu’on ne trouve que dans un endroit bien précis…

Les plateformes collaboratives mettent en lumière également la confiance que les individus doivent se faire. Demanderiez-vous à un inconnu de vous ramener une paire de baskets du Canada ? Un lien social est plus que présent où les individus réapprennent à se faire confiance.
En fait, il s’agit même d’un pilier de l’économie participative. Et dans 99% des cas, tout se passe très bien et les utilisateurs sont prêts à renouveler l’expérience ! Des personnes de confiance qui souhaitent avant tout rendre service et se faire un peu d’argent.

Le crowdshipping est une vraie façon de modifier sa consommation, plus économique elle réduit son impact environnemental puisque le trajet n’est pas effectué uniquement pour le colis. En découle un défi ici aussi, celui du « last mile ». Le voyageur doit arriver à faire parvenir le colis à son destinataire si celui ne se trouve pas à l’aéroport, car contrairement à Blablacar, le colis ne se déplace pas seul ! Aussi, des frais de livraison peuvent être compris dans le pourboire donné si le destinataire ne peut se déplacer.

colis Blablacar

On retiendra surtout que la livraison collaborative permet d’entrer en contact avec des personnes du monde entier, ce qui offre une expérience client unique. Un défi qui rapproche et qui s’est inscrit dans un contexte de mondialisation. On peut donc affirmer que le crowdshipping a de beaux jours devant lui…